HighwaytoHell

HighwaytoHell

Jeudi 11 septembre 2014 à 16:26

 Non, non, je veux pas.
Je veux pas aller dans un appart étudiant dégueulasse deux pièces en semaine parce que j'ai des transports. 
Je veux pas aller en L1 en fait. Je déteste les gens, je déteste les cours, encore. Je veux pas d'une énième terminale déguisé.
Je veux pas que tu sois loin.
Et puis je veux pas ça, et si.

Mon cerveau explose.
J'ai la sensation qu'on condense tout ce que je hais de manière viscéral.
Tout ce qu'il y a de pire en moi.
Et qu'on me le jète à la face avec un sourire sinistre et une excuse toute faite.
"C'est la vie."
"C'est normal, il veut la protéger."
"Ait ta L1 et après on verra."'

Je suis fatigué et toutes les vitamines à la con qu'on me donnera ne serviront à rien. 
Allez vous faire foutre.

Lundi 17 février 2014 à 13:40

Cet article est protégé par mot de passe :  

Dimanche 15 décembre 2013 à 23:12

 C'est pas comme si j'avais un flingue posé sur la tempe. Enfin si, mais ça c'est pas important. Ce qui est important, c'est la musique dans le fond. Un peu de piano sur une voix pseudo émo-gothique. De collège, bien évidemment. Ca et tout ce qu'elle m'inspirait, tout aussi évidemment. Alors forcément, le lingue chargé qui pesait aussi lourdement qu'il pouvait sur ma tempe ne faisait pas réellement le poids. Elle m'a pris par surprise. Avec tous les souvenirs qui n'attendaient que ça pour ressurgir. 

"Qu'est ce que tu attends?"

Il appuya un peu plus. Des fois que j'aurais oublié sa présence. Malheureusement, même avec toutes mes facultés de déconcentration j'étais incapable d'oublier le gros calibre qui faisait pression sur ma tête au point de me filer un torticolis. Mais c'est pas pour ça que j'y accordais de l'importance. Nettement moins que la musique, déjà. En plus, il pleuvait dehors. Mon cerveau avait dix mille fois plus d'intérêt pour la pluie que le canon en acier. N'en déplaise son égo. 

"Tu as trois secondes. Dans trois secondes je tire."

C'est que je me sentirais presque menacé. Moins que dans mes cauchemars, mais quand même. Un joli score. Sa menace semblait presque crédible. La musique changea. Bien sur qu'elle changea. Dans un film, la musique change toujours pour annoncer le tournant dramatique. Une musique sur la perte d'un être cher. C'est pas ma playlist la plus joyeuse qui tournait.

"...Deux !"

Ow, je me souviens pas avoir entendu le premier chiffre. Il comptait dans quel sens, déjà? Croissant, décroissant? Ma musique, alors? 

"Trois!"

Bruit de chargement. Coup de feu.
Je suis sur qu'il a aimé pressé la détente.
Tout aussi sur qu'il a moins aimé voir son arme se retournait contre lui au dernier moment.
Et ses hurlement semblent confirmer qu'une balle dans la jambe fait mal.
Et l'absence de ses hurlements semble confirmer que deux balles suffisent amplement à calmer définitivement quelqu'un.
Semblerait qu'il était effectivement indigne d'intérêt. Il pleut toujours, ma musique est toujours belle.

Mardi 3 décembre 2013 à 13:27

 Des intro' de fin du monde dans un rien qui ne valait plus grand chose.
L'oubli de tout. Sommeil profond du rêveur, fin de l'espoir de quelqu'un qui n'y croyait déjà plus.
Surenchère dans la damnation. L'enfer c'est les autres, qu'il disait.
Gout apocalyptique à la couleur de l'encre sanguine. Réconforter ce qui n'est pas brisé et achever ceux qui le sont.
Odeur de cendre et de cigarette, de nuit froide et de repas chauds, d'herbe coupée et du matin.
Confusion. Vue linéaire d'une spirale auto-générée. Cerveau schizophrène et épileptique. 
Balayé par des images et des couleurs qu'il ne maîtrise plus.
Yeux rouges, migraine et syndrome de l'âme qui explose.
Ne t'en fais pas, dans 11h, tu en auras 24 autre à faire.

Lundi 4 novembre 2013 à 0:58

 J'ai fais un pas de plus. Sur un chemin un peu bancal, je l'admet. Quelque part. Je pourrais pas le nommer autrement. Folie et déprime sont des mots qui viennent assez instinctivement. Trop lacunaires. Je viens de montrer tout seul les limites de ma logique foireuse. C'est beau.

"Quand les gens normaux sont malades, ils vont chez le médecin. Moi je fais tous mes trajets à l'école à pied, sans mettre de blouson. Mais ça marche. J'ai détruis tout ce qui ressemble à un virus."

Mouais. J'ai du appliqué le même raisonnement y'a deux ans, ça expliquerait beaucoup de choses.
 J'ai inséré deux continues dans cette foutue borne. M'en reste plus qu'un. Il clignote, et le compteur va bientôt s'activer.
La question, c'est: " Ai-je vraiment envie d'insérer mon dernier crédit ? "

On brûle tout et on recommence.

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast