HighwaytoHell

HighwaytoHell

Jeudi 11 septembre 2014 à 16:26

 Non, non, je veux pas.
Je veux pas aller dans un appart étudiant dégueulasse deux pièces en semaine parce que j'ai des transports. 
Je veux pas aller en L1 en fait. Je déteste les gens, je déteste les cours, encore. Je veux pas d'une énième terminale déguisé.
Je veux pas que tu sois loin.
Et puis je veux pas ça, et si.

Mon cerveau explose.
J'ai la sensation qu'on condense tout ce que je hais de manière viscéral.
Tout ce qu'il y a de pire en moi.
Et qu'on me le jète à la face avec un sourire sinistre et une excuse toute faite.
"C'est la vie."
"C'est normal, il veut la protéger."
"Ait ta L1 et après on verra."'

Je suis fatigué et toutes les vitamines à la con qu'on me donnera ne serviront à rien. 
Allez vous faire foutre.

Jeudi 4 septembre 2014 à 22:02

Ca fait longtemps que j'ai pas écris ici. Surement parce qu'en vacances, j'n'avais rien à écrire. J'étais heureux, ou je faisais de quoi l'être en attendant mon Ange. Malgré quelques problèmes qui m'ont appris que je n'accorderais plus ma confiance à quiconque, j'ai tenu sans revenir ici. La rentrée m'a fait bien assez de mal pour que je me replie ici. 

J'ai pas eut ma prépa'. Trop faible, après un mois d'attente, j'ai su que j'n'irais pas. Pas grave, j'y aurais pas eut ma place. Aurais aimé qu'on cesse de me rappeler mes défaillances, mais c'était pas si grave. Donc je me retrouve en licence. Je suis un peu là par hasard, j'ai aucune motivation à part le fait que je n'ai rien d'autre. Le fait qu'aucun putain de thème/matière/module/compétences/j'nesaisquoi n'ai jamais réussi à m'intéresser est triste. Jamais autant subi les conséquences que maintenant. QU'est ce qu'on a foiré chez moi pour que je trouve toutes les activités proposées aussi chiantes. Et le comble, c'est qu'en L1 info, j'ai à peine plus d'info qu'en TS option Info. C'est pathétique. Par contre j'ai 10h de maths, ma matière préférée. Ha mais non. Enfin passons.

Je dors mal. J'ai dormi assez que ce soir, et j'ai rêvé. Je déteste rêver. Surtout quand c'est agréable, mais tu sais que tu devrais pas faire ce genre de rêve. Typiquement, j'avais aucune envie de rêver de mon ex ce soir. Voilà, sommeil de merde, je suis épuisé. Et encore, j'ai même pas le tiers des heures de transports que je me taperai la semaine pro. Et toutes celles qui suivront. Je ne vois plus ma chérie la semaine, cette époque est définitivement révolue, après avoir duré deux mois. Génial. 

Je suis peu à peu retombé à 1 repas par jour, et pas du diététique. L'école me rend malade, c'est affreux. j'dois avoir une phobie scolaire maitrisée. J'devais m'inscrire au sport, mais j'en ai plus aucune envie, c'est pas comme s'il me restait du temps. J'ai pas joué à l'ordi en une semaine à part quelques heures sur TW2 à l'arrache et un match sur LoL juste pour pas être reclassé en silver. Je veux pas de ça. Et apparemment, c'est la seule option de vie que j'ai. Attendre ma chérie la semaine, la voir vite fait le week end et encore, ne pas avoir les même vacances, bosser la semaine et recommencer. Et même la vie professionnelle, ça sera ça, tout le temps. Et si on bosse pas, on crève. Elle a la chance de faire un truc qu'elle aime vaguement, mais elle est en prépa'. En che. Donc j'ai pas trop le droit de me plaindre, je suis chez les nuls. 

Normalement on bosse pour vivre, pas l'inverse. 
C'est bon, j'n'ai plus droit à la seule personne qui a finit par me faire penser que la vie, c'était bien, en fin de compte.
Je pisse sur ce systeme cancérigène. Je veux mourir. Je remet fauve, et je dors.

Samedi 19 avril 2014 à 19:50

 Le cycle est brisé. C'est une certitude. Peut être que je devrais supprimer ce blog, maintenant inadapté à ce que je suis, à ce que je pense. 
Pas mal de choses ont changé ce mois dernier. Mon univers présent s'est brisé comme du verre, et j'en ai rebati un. Et ça me convient très bien, je ne supportais plus le rôle que j'avais de toute manière. Je suis amoureux, c'est réciproque, et j'avais presque oublié ce que ça faisait. Il est temps d'entamer un autre cycle.

Jeudi 6 mars 2014 à 2:50

Il n'y a pas grand chose à dire. J'ai généré moi même de l'énergie. Ce fut bref, mais agréable. La maladie le sport ainsi que les tâches que j'ai exécutées pour mon père m'ont épuisés. Première fois depuis longtemps que je ne tue pas la maladie en deux jours. Cette foutue bronchite/trachéite carabinée me fatigue pas mal. J'arrive à la canalyser le jour. Et quand vient la nuit, je tousse, je m'étouffe, c'est assez atroce. Genre pour de vrai et tout. J'en choppe rarement, c'est pour ça que mon corps se défend mal. C'est pour ça aussi qu'il doit s'en débarrasser tout seul. Bon y'a un risque que ça parte en pneumonie, mais je suis un guerrier, ça n'arrivera pas. Ou alors je la renverrai chez sa mère. Je meurs quand je veux. 

Demain, je sors. Je vais tenter de m'amuser. Il faut distraire mon esprit, lui redonner un peu foi en l'univers. Casser ma mécanique impitoyable capable de broyer tout espoir. Si jamais y'a une chance que ça marche, je la saisirai. Et si dans dix ans, je me rend compte que c'était faux j'aurais au moins la satisfaction d'avoir essayé, et prouvé que quand j'étais gosse, j'avais tout compris, et qu'on aurait jamais du me dissuader de me noyer.

Je ne crois pas au destin. Je ne pense pas aux concepts karmique, ils me laissent sceptique. Je crois par contre que la société endommage une partie du soi, et qu'il faut la trouver pour devenir un être stable, et cesser d'un électron en permanence arraché à son milieu. Je vais essayer, pour une fois, de considérer que toute ma logique, aussi infaillible me semble-t-elle, aussi évidente qu'elle semble l'être, que j'ai lié à l'instinct d'une manière si profonde que mes raisonnements par pattern sont devenus efficaces sans même me coûter de réels efforts, que tout ceci, ne soit qu'une erreur. Je vais tenter autre chose. J'ai besoin de croire en quelque chose. Depuis que j'ai cessé de croire en moi, en les autres, puis en l'amour, puis dans tous les autres concepts porteurs, j'ai cessé d'exister en partie, je dois retrouver ça, même si j'ai créé des millions de barrières logiques, supposées me protéger contre ça. Je dois retrouver ce qui faisait de moi un type bien, que l'on discerne difficilement dans le cynisme, mon côté désabusé, et mon pessimisme chronique. Peut être bien que je vais devenir un connard, mais là, j'essaie déjà d'être.

Au fait. Il avait beau pleuvoir, j'avais beau être complètement crevé, avoir eut peur que tu annules parce que j'avais pas de nouvelles... Tu rayonnais, dans cette foutue Eglise. J'ai failli pleurer rien qu'en y pensant. Tu es Transcendance. 



Lundi 17 février 2014 à 13:40

Cet article est protégé par mot de passe :  

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | Page suivante >>

Créer un podcast